De l'Amour

hjp_atelier_del'amour_2021.png

Quel sujet d’attention plus universel que l’amour ? Énigmatique, moteur de tant d’histoires, l'amour semble pourtant bien difficile à cerner.

À l’adolescence, la rencontre de l’autre est une étape importante, souvent vécue avec passion et inquiétude. Tout est nouveau, et malgré une assurance affichée, les adolescents sont parfois démunis devant des débordements émotionnels qu’ils ne connaissaient pas jusque-là.
Le groupe de parole « De l’Amour » a été conçu afin d’offrir aux adolescents de l’hôpital de jour du Parc Montsouris un temps et un lieu qui puissent accueillir leurs questionnements, dans un souci de respect de la temporalité de chacun, de la nature de ces questionnements et des positionnements propres à chaque adolescent.

L’utilité de ce groupe de parole

De l’Amour a pour but de donner un espace autorisé à ces paroles, de permettre la mise en mots des sentiments, des vécus corporels et ainsi de les rendre partageables. Il permet d’ouvrir aussi la réflexion au groupe, de favoriser l’identification des adolescents entre eux, sur leurs préoccupations, et de normaliser leurs vécus. Il ne s’agit pas de dévoiler sa vie intime au groupe, mais de pouvoir poser des questions à partir d’un vécu personnel, de faire part de ses ressentis, de ses inquiétudes aussi.
Les adolescents du groupe pourront ainsi se reconnaître dans ces questionnements, s’étonner, s’informer. La notion de groupe permet également d’aider les adolescents à différencier intimité et extériorité, tout en accordant une importance et un caractère commun à la vie affective et intime de chacun.  

Les thèmes abordés

Le groupe De l’Amour est encadré par une psychologue référente, une psychothérapeute et un infirmier. Ce triple regard a l’avantage de pouvoir accueillir les questions des adolescents sur différents niveaux.
L’amour étant un sentiment très vaste, l’idée est de réfléchir ensemble sur toutes ses déclinaisons possibles, de donner des repères, de libérer la parole, d’autoriser cette parole, de partager les connaissances et éventuellement de les réajuster. Plutôt que d’apporter des valeurs morales, il nous paraît plus judicieux de confronter les différents points de vue de chacun : il y a tant de manières d’aimer et d’être aimé en retour. Et même si en amour, tout n’est bien évidement pas permis - les lois qui existent sont là pour nous le rappeler - il semble primordial que le groupe de parole se déroule dans le respect et la tolérance.

La genèse du groupe

La création de ce groupe de parole s’est faite suite à la visite avec les jeunes de l’hôpital de jour d’une exposition qui a eu lieu au Palais de la découverte de Paris en juillet 2020. Exposition intitulée… De l’amour !
Destinée à un public adolescent, l’exposition questionnait ce mystérieux sentiment en s'appuyant sur des travaux scientifiques et artistiques. L’amour y était évoqué dans son spectre le plus large : l’amour que les parents éprouvent pour le nouveau-né, l’attachement du petit enfant envers un objet transitionnel, mais aussi l’amour que l’on se porte à soi, l’amour altruiste, la dévotion, l’amitié, la rencontre, la séparation, les phénomènes chimiques intervenant dans le sentiment amoureux et le désir, la sexualité, le consentement, etc.
Devant la curiosité des adolescents lors de cette exposition, il paraissait pertinent de mettre en place un groupe de parole sur ce thème tellement universel et pourtant si personnel.

La pièce de théâtre « La reproduction des fougères » en préambule au groupe de parole

En préambule au groupe de parole qui débutera début octobre 2021, l’hôpital de jour du Parc Montsouris a eu le plaisir d’accueillir la compagnie de théâtre Les filles de Simone, qui a joué la pièce de théâtre La reproduction des fougères. La représentation s’est déroulée le vendredi 2 juillet 2021 à l’amphithéâtre du lycée François Villon à Paris.  
Cette pièce, jouée dans des collèges et lycées depuis 2019, aborde de manière humoristique et adaptée aux adolescents, les thèmes de la puberté, des complexes, du rapport à la norme, de la notion de tabou, de la honte, de l’inégalité/l’égalité entre les garçons et les filles, du désir, de l’apparence physique, du consentement, etc.

Suite à cette représentation, un temps d’échange avec les comédiens a pu avoir lieu, d’abord en groupe mixte, puis en deux groupes : l’un composé uniquement de filles, et l’autre de garçons.
Pour en savoir plus sur cette pièce et les temps d’échanges, se référer à l’article relatant la venue des Filles de Simone au lycée François Villon.

►Rédaction de l’article : Morgane Joulié (psychothérapeute), Marie Dourmad (psychologue) et Frédéric Delayre (infirmier).

Septembre 2021

►Consulter l'article sur La reproduction des fougères.