La psychothérapie institutionnelle

hdj_parc_montsouris_février_2021.png


Le dispositif autour du « repas de fin d’année » se pose comme un élément de médiation participant chaque année à produire de la mémoire collective et à engendrer un sentiment d’appartenance.

Le projet d’établissement de l’hôpital de jour du Parc Montsouris est en réécriture depuis mars 2019 puis a été stoppé par la crise sanitaire. Fin septembre 2020, le médecin directeur Dr. Bénédicte Chamoun a relancé l’équipe et la fédérée autour de la poursuite de ce chantier puisque la démarche entreprise et de faire participer chaque professionnel sur une ou plusieurs thématiques avec une totale liberté sur la forme et le contenu. Un article signé par Fabienne Bedminster directrice adjointe, Elisabeth Russo psychologue responsable du groupe d’adolescents à temps partiel, Anne Emmanuel professeure d’histoire-géographie, Sophie Benedetto professeure de mathématiques, Antonia Ferreira maitresse de maison.

La fête de fin d’année s’inscrit dans la pure tradition de l’institution et représente un moment symbolique fort de la vie institutionnelle. Ce rituel annuel remplit des fonctions sociales emblématiques notamment celles de rassembler, de se rassembler autour d’un repas copieux et festif, de générer du lien autrement avant de se séparer sur un changement calendaire. Par-delà le plaisir d’être ensemble tous réunis, de « faire la fête », de danser ensemble de chanter, ce rituel permet de vivre un moment important où se joue la solidité du lien avant de se séparer et en vue de mieux vivre cette séparation. Ainsi, le repas restaure chaque fin d’année et fait perdurer le lien thérapeutique avant la bascule vers un nouvel an. Dès lors, le dispositif autour du « repas de fin d’année » se pose comme un élément de médiation participant chaque année à produire de la mémoire collective et à engendrer un sentiment d’appartenance. La fête de fin d’année s’inscrit dans les mémoires de l’institution par la mise en place d’une ritualisation dont le repas constitue l’élément moteur, le cœur autour duquel se déploient et rayonnent les activités transversales invitant les jeunes et les membres de l’équipe pluridisciplinaire à préparer l’évènement dès le début du mois de décembre. (Constitution d’un groupe « master-chef » préparant le menu – décoration des tables, création de décoration des lieux de vie par la mise en place d’activités manuelles – décoration du sapin vert- préparation et déroulement de la « Boum »).

La fête de fin d’année, est une occasion pour les jeunes de sortir de normes où les fêtes se déroulent dans un cadre familial restreint voir appauvri pour certains d’entre eux. En effet, « Noël » signifie « la fête en famille », la joie de se retrouver tous ensemble et de confirmer l’attention et l’affection qu’on se porte en exposant aussi ces liens dans des cadeaux. Pendant cette période, chacun a besoin de se sentir la personne aimée, choyée. En ce sens, la « fête de famille » met ces liens d'amour en évidence. Alors, quand ces liens sont fortement endommagés, abimés par la vie, ce moment institutionnel offre aux adolescents une autre façon de vivre ensemble. Et cela participe à nourrir la relation transférentielle et renseigne sur l’univers familial et culturel du jeune. Aussi, d’un point de vue  de la clinique, la fête de fin d’année permet d’approcher autrement l’environnement affectif et familial des patients devenant un objet d’une richesse clinique, reflétant les liens intersubjectifs des patients entre eux, des patients avec leur famille et avec l’institution.

Du coté institutionnel, la « confection du repas », la préparation des tables, la décoration des lieux de vie mettent spontanément au travail l’équipe d’une façon dynamique et plaisante c’est un temps où l’on se rencontre autour d’un moment institutionnel fort et joyeux et sans lequel on ne se rencontrerait pas. La préparation du repas devient alors un « objet » du groupe institutionnel, puisque les professionnels y jouent leur partition. Ce temps fait ainsi apparaître une autre modalité du maillage pluridisciplinaire de l’institution.

►Février 2021