Ateliers thérapeutiques : pourquoi ? comment ?

hdj_parc_montsouris_interview_docteur_chamoun.png

Le plus souvent, ce n’est qu’à l’issue du parcours de soin que nous en devinons la logique et ce à travers les progrès des jeunes. Le contenu et le sens de ces ateliers restent une grande inconnue pour nous. APACM (Association des parents du Parc Montsouris)

En alternance avec les temps scolaires, les 30 ateliers thérapeutiques du CEREP structurent l’emploi du temps et le parcours de soin de nos jeunes. Comme nous le découvrons généralement lors de la réunion de rentrée, leur contenu est varié et leurs encadrants sont investis voire passionnés.

Or, le contenu et le sens de ces ateliers restent une grande inconnue pour nous car nos enfants en parlent peu. Le plus souvent, ce n’est qu’à l’issue du parcours de soin, que nous en devinons la logique et ce à travers les progrès des jeunes.

Afin de nous aider à mieux nous approprier ces temps thérapeutiques qui sont le quotidien de nos enfants, le docteur Chamoun, médecin directeur de l’hôpital de jour du Parc Montsouris, a bien voulu répondre à nos questions avec une grande transparence et une pédagogie fort appréciables. Très investie dans le projet et soucieuse de l'accessibilité de ses explications dans un domaine qui n'est pas forcément simple, le docteur Chamoun nous a fourni un contenu très dense qui fera l’objet de différentes publications.

Nous allons aborder la première partie « LES ATELIERS THÉRAPEUTIQUES : pourquoi ? comment ? ».

  1. Groupe de parents - Quel est l’objectif des ateliers thérapeutiques ?

Bénédicte Chamoun - Il y en a plusieurs, variables, selon les ateliers.

Le travail en groupe à intervalle régulier

La première finalité est de travailler en petit groupe : être à plusieurs dans un lieu et un espace-temps définis de façon repérée, hebdomadaire, par exemple, tous les jeudis de 10H à 11H. Faire partie d’un atelier, c’est donc faire partie d’un groupe qui se retrouve à intervalle régulier pour travailler autour d’une thématique précise. C’est un des premiers objectifs commun à tous les ateliers.

Avec parfois un objet qui facilite l’échange

Ensuite, par rapport au contenu des ateliers, il y a différentes facettes et média : on parle d’atelier à médiation lorsqu’il y a un objet autour duquel on se réunit qui peut être un objet culturel ou un objet matériel plastique, un objet partagé par le groupe. Et je différencierais ça des ateliers qui n’ont pas de médiation directement objectivable comme le groupe de paroles. Sachant qu’il est souvent

compliqué pour certains jeunes de cet âge et avec leurs difficultés particulières d’être d’emblée dans le langage, dans l’échange de paroles. Le fait de passer par un objet facilite en fait le partage de paroles.

  1. Groupe de parents - Qu’est-ce qu’on travaille principalement comme capacité et manière d’être dans les ateliers ?

Concentration et bienveillance pour le travail des autres

On travaille la capacité à se respecter mutuellement les uns les autres, à ne pas empêcher le cours de l’activité, à pouvoir à la fois être concentré sur son projet personnel et attentif à ceux des autres. Je pense par exemple au projet qui se travaille en art plastique : il y en a un qui modèle la terre, il y en a un autre qui fait quelque chose en peinture, un autre qui fait quelque chose en tissu... C’est un espace qu’on partage dans un temps commun. On a son travail à faire mais on peut avec bienveillance s’intéresser à ce que font les autres ; avec bienveillance justement et sans s’attaquer à la production des autres.

Écoute et respect

De même dans les groupes de parole, c’est aussi le même principe qui prévaut, c’est-à-dire pouvoir s’écouter les uns les autres, ne pas se couper la parole, ne pas s’insulter même si on a des différends et pouvoir aborder des problématiques qui peuvent être conflictuelles, car on est justement dans un cadre où ça peut s’exprimer sans altérer la présence des autres et leur possibilité de s’exprimer aussi.

  1. Groupe de parents - Sur les activités qui existent dans les ateliers est-ce qu’il y en a certaines qui sont essentielles, que vous ferez tout pour pérenniser quelle que soit l’évolution des personnes qui les encadrent et leurs domaines de compétences ?

Alors justement j’ai apporté des plannings et des groupes d’ateliers 2018/2019 et 2019/2020 et on peut y voir à la fois ce qui perdure, ce qui est constant et ce qui change. Il nous paraît important qu’on ait une palette d’activités qui explorent différents registres. Par exemple, il y aura toujours des activités sportives de différents types au sein du planning hebdomadaire d’activité parce qu’il nous paraît important de passer par le corps pour certaines choses et avec différentes modalités d’organisation. C’est-à-dire qu'il peut y avoir des activités sportives extrêmement structurées comme par exemple le groupe multisport cette année qui propose des sports collectifs ; ça va être le basket pendant un temps, puis ça va passer au volley au bout de quelques séances etc. Et ça nécessite finalement à la fois une certaine conscience de son corps, une certaine coordination, une possibilité d’accepter des règles de jeux existantes. Cela s’adresse à un type particulier d’adolescents. On a un autre groupe qui s’appelle « jeux sportifs » qui existe depuis plusieurs années et qui est beaucoup plus ludique. Il comporte beaucoup plus de temps d’exercices corporels, ce qui permet effectivement l’exploration de son corps, sans que les choses soient forcément extrêmement structurées au départ. Et donc, on a un des groupes sportifs quoi qu’il en soit tous les ans.

On a également des activités qui tournent autour de la médiation culturelle tous les ans. Elles peuvent changer d’objet. On a un groupe qui s’appelle « Vie et mort des héros » qui existe depuis quatre ou cinq ans, qui part un peu de l’intérêt que peuvent avoir les adolescents pour les figures des héros, que ce soit ce de la mythologie grecque mais aussi ceux des films d’aventure comme dans la série des Avengers maintenant par exemple. Le contenu de l’atelier peut changer d’une année à l’autre. On va  consacrer une année à la mythologie et l’autre année on va regarder des films qui parlent des héros et il y aura un temps de discussion mais toujours autour de cette thématique-là : Qu’est-ce qu’un héros ? Qu’est-ce qui le définit ? A-t-il des super-pouvoirs ? Comment finissent-ils ?

Donc, grosso modo, on a des groupes autour des thématiques culturelles, des groupes autour de médiations plastique et artistique, des groupes autour du sport et de l’expression corporelle et des groupes dits de paroles qui se déclinent également selon différentes modalités. Par exemple, on a un groupe garçon, qui est réservé aux garçons, et qui leur permet d’exprimer des préoccupations de leur corps d’adolescent garçon, de leur éveil à la sexualité, de la question de « comment aborder les filles ? » etc. Ils peuvent ainsi justement discuter en l’absence des filles, ce qui est plus facile pour eux. De la même façon, il y a eu auparavant un groupe de filles qui était dédié aux filles. On a aussi un groupe de paroles qui est ouvert à tout le monde. On a un groupe de paroles un peu plus dédié à la gestion des situations conflictuelles entre jeunes à l’intérieur de l’hôpital de jour où on peut débattre des choses en nommant les personnes, ce qui n’est pas possible à l’assemblée générale, cela grâce à la présence des trois adultes qui co-animent ce groupe pour justement un peu sortir du face-à-face, de la frontalité. C’est un groupe de paroles ouvert tous les vendredis matin.

Et puis on a des groupes plus spécifiques, par exemple le groupe « t’es cap, » depuis deux ou trois ans qui s’adresse aux jeunes qui sont en train de sortir et où ils parlent justement de toutes les difficultés, angoisses et inquiétudes générées par l’idée de la séparation, de se séparer d’un lieu où on a été longtemps. On les invite alors à se souvenir de la manière dont on s’est déjà séparé dans sa vie parce qu’il y en a déjà eu pas mal des séparations quand on arrive à l’âge de vos enfants. Comment on a surmonté ça ? Est ce qu’on a été capable de le faire ? Qu’est ce qui est difficile ? Qu’est ce qui est angoissant ? Voilà trois types de groupe de paroles différents avec des objets différents.

Février 2021